TUAC NEWS

sd

Printable Version


Trade unions discuss future environmental trends in the OECD
Trade union representatives have provided oral and written comments during a two-day session on the OECD draft Environmental Outlook to 2050, to be released next year.

07/10/2011

Trade union representatives have provided oral and written comments during a two-day session on the OECD draft Environmental Outlook to 2050, to be released next year. The Outlook aims to find out what demographic and economic trends might mean for the environment if the world does not adopt more ambitious green policies. It also looks at what policies could change that picture for the better.

Our comments, mostly based on the need to protect future generations and to create decent jobs, were part of the issues raised. In terms of trade unions insistence on the fundamental links between social and environmental policies, the Brazilian delegate made a supportive comment stating that "without a recognition that we should strive for greater equity and recognise the need for greater international cooperation to address common challenges and issues, the end result of policies will be limited, to say the least".

On health, trade unions emphasised the need to pay attention to occupational health hazards, especially in terms of chemicals and multiple chemicals exposure in the workplace. Comments were also made on Just Transition policies in climate change and on the need for the public sector to have a fundamental role in water and sanitation policies and management. On employment, trade unions strongly made a case that labour market institutions are neither a barrier to industrial restructuring nor to employment growth, that labour taxes are not distortive and that wage rigidities are not labour market imperfections.

Simon Upton, the director of the OECD Environment Directorate, concluded the High-Level Session the following day by stating that the directorate will look at social and distributional consequences of alternative environmental policies and acknowledged that “we will not change the state of our environment if environmental policies have unfair social consequences”.

For Brian Kohler, part of the labour delegation with Pia Björkbacka and Lora Verheecke, this is a small victory for the labour movement.

For further information please contact lora.verheecke [at] ituc-csi.org

 


 

Les syndicats discutent les perspectives environnementales futures à l’OCDE

Des représentants syndicaux ont participé à une réunion de deux jours sur le brouillon du futur livre de l’OCDE : Perspectives de l’environnement à l’horizon 2050, qui sera publié l’année prochaine. Le livre a pour but de découvrir ce que les futures tendances démographiques et économiques signifieront pour l’environnement si le monde n’adopte pas de plus nombreuses et de plus ambitieuses politiques vertes. Il identifie également les politiques qui pourraient améliorer ces perspectives.

Nos commentaires, principalement basés sur le besoin de protéger les générations futures et de créer des emplois décents, ont fait partie des thèmes discutés. En termes de l’insistance placée par les syndicats sur les liens fondamentaux entre les politiques sociales et environnementales, le délégué Brésilien eut un commentaire similaire expliquant "que sans une reconnaissance que nous devrions faire tout notre possible pour plus d’équité et reconnaitre le besoin de plus de coopération internationale pour faire faire face à ces défis et ces problématiques communs, le résultat final des politiques sera limité, c’est le moins que l’on puisse dire".

En ce qui concerne la santé, les syndicats ont mis l’accent sur le besoin de prêter attention aux risques de santé au travail, particulièrement à ceux liés à l’exposition aux produits chimiques dans les lieux de travail. Des commentaires ont également été faits sur les politiques de Transition Juste dans le contexte du changement climatique et sur le besoin pour le secteur publique d’avoir un rôle fondamentale dans les politiques et la gestion de l’eau et de l’assainissement. Sur l’emploi, les syndicats ont particulièrement insisté sur le fait que les institutions du marché du travail ne sont pas une barrière à la restructuration industrielle ni à la croissance de l’emploi, que les taxes et les charges liées à l’emploi ne constituent pas des distorsions et que les rigidités salariales ne représentent pas des imperfections du marché.

Simon Upton, le directeur de la direction de l’environnement de l’OCDE a conclu la session de haut-niveau le jour suivant en informant les délégués que la direction examinera les conséquences sociales et sur la distribution des richesses de différentes politiques environnementales. Il a également reconnu que “nous ne changerons pas l’état de l’environnement si les politiques environnementales ont des conséquences sociales injustes”.

Pour Brian Kohler, membre de la délégation syndicale avec Pia Björkbacka et Lora Verheecke, ceci est une petite victoire pour le mouvement syndical.

Pour plus d’informations contactez lora.verheecke [at] ituc-csi.org