TUAC NEWS

ej g8

Printable Version


Trade Unions’ Message to OECD Ministers: Beat the Jobs Crisis First!
Message des syndicats aux ministres de l’OCDE : occupez-vous d’abord de la crise de l’emploi !

19/05/2010

(version française)

In a statement to the OECD Ministerial Meeting 27-28 May 2010, trade unions urge governments to put jobs, social cohesion, progressive taxation and green growth at the heart of recovery strategies. Global unemployment has risen by 34 million since the crisis began and many millions more workers who cannot find regular employment are not recorded as unemployed. We cannot afford a lost decade of stagnant labour markets and with it a lost generation of youth shut out from productive activity.

Union leaders including Richard Trumka, President of the AFL-CIO United States, Sharan Burrow, President of the International Trade Union Confederation and the Australian Council of Trade Unions and John Evans, General Secretary of TUAC will be taking part in the OECD Ministerial Council as members of the Trade Union Advisory Committee to the OECD. This is the first time that unions and employers have been invited to the full Ministers’ meeting. Union leaders will be taking part in the OECD Forum running on 26-27 May.

The union leaders will argue that rising public deficits across OECD countries must be addressed by growth-expanding demand that leads to an increase in output and jobs. Financing fiscal consolidation through cuts in public services, in social security and pensions would only prolong the jobs crisis and risk a social crisis. OECD governments must change the policies of the past two decades that led to the crisis – financial deregulation, rising income inequality and global imbalances. They must muster the same level of political will that was used to save the global banking system to beat the global jobs crisis.

“Working people need the right skills for tomorrow’s global economy, they need a socially ‘just transition’ to the green economy, and robust labour market institutions, including collective bargaining, to produce fairer income distribution” says John Evans of the TUAC. “They need progressive tax reforms and stepping up work on tax evasion to protect public finances”. The TUAC Statement also calls for a global financial transactions tax to help pay for the cost of the crisis and to finance the Millennium Development Goals and climate change policies.

 

links:

 


Message des syndicats aux ministres de l’OCDE : occupez-vous d’abord de la crise de l’emploi !

Dans une déclaration en vue de la Ministérielle de l’OCDE les 27 et 28 mai 2010, les syndicats exhortent les gouvernements à placer l’emploi, la cohésion sociale, la fiscalité progressive et la croissance verte au cœur de la reprise. Le nombre de chômeurs a augmenté de 34 millions dans le monde depuis le début de la crise, sans compter les millions d’autres qui ne trouvent pas d’emploi régulier et ne sont pas comptabilisés comme chômeurs. Nous ne pouvons pas nous permettre une décennie perdue, avec une stagnation de l’emploi et une génération de jeunes exclus du monde du travail.

Les dirigeants syndicaux, dont Richard Trumka, président de l’AFL-CIO Etats-Unis, Sharan Burrow, présidente de la Confédération syndicale internationale et du Conseil australien des syndicats et John Evans, Secrétaire général du TUAC prendront part à la réunion du Conseil ministériel de l’OCDE en tant que membres de la Commission syndicale consultative auprès de l’OCDE (TUAC). C’est la première fois que les représentants des syndicats et des employeurs sont invités à la réunion des ministres. Les dirigeants syndicaux prendront aussi part au Forum de l’OCDE les 26 et 27 mai.

Les dirigeants syndicaux feront valoir que la réponse à donner à l’augmentation des déficits publics dans les pays de l’OCDE doit être celle de la relance de la demande et ainsi de la production et de l’emploi. Financer la rigueur budgétaire par des coupes dans les services publics, dans les régimes de sécurité sociale et des retraites ne ferait que prolonger la crise de l’emploi et le risque d’une crise sociale aggravée. Les gouvernements de l’OCDE doivent tourner le dos aux deux dernières décennies qui nous ont apporté la crise : déréglementation financière, inégalité croissante des revenus, déséquilibres mondiaux des échanges. Pour surmonter la crise mondiale de l’emploi ils se doivent de mobiliser la même volonté politique que celle qui a permis de sauver le système bancaire mondial.

« Les salariés ont besoin d’accéder aux compétences nécessaires à l’économie mondiale de demain, ils ont besoin d’une transition socialement juste à l’économie verte et d’institutions du marché du travail qui soient suffisamment solides, y compris le droit à la négociation collective, facteur de distribution plus équitable des revenus », explique John Evans du TUAC. « Ils ont besoin d’une fiscalité progressive et d’une lutte acharnée contre l’évasion fiscale pour préserver les finances publiques ». La déclaration du TUAC appelle également à l’instauration d’une taxation des transactions financières pour aider à financer le coût de la crise, les Objectifs du Millénaire pour le Développement et les politiques liées au changement climatique.

 

liens: