TUAC NEWS

gf

Printable Version


Bailing out financial capitalism: what governments must demand in return
Sauvetage du capitalisme financier: ce que les Etats doivent exiger en retour

19/09/2008

Downloads

  • 0809t_gf_finpdf
  • 0809t_gf_fin_frpdf

Version française 

Statement by the TUAC Secretariat

The dramatic events on the US and global financial markets in the past days – the collapse of Lehman Brothers, the takeover of Merrill Lynch by Bank of America and not least, the government bailing out of AIG, the largest insurer in the US – have changed the nature of the financial crisis. The crisis proves to be a far more serious threat to the integrity of the global financial system than OECD governments and financial authorities anticipated a year ago when the crisis erupted. Financial authorities are not equipped with the needed regulatory tools to handle this crisis. The emergency action to support financial institutions that are too big to be allowed to go bankrupt is necessary. But it is unacceptable that governments nationalise the losses of financial capital and privatise the profits. The quid pro quo must be properly regulated financial institutions. International cooperation should go far beyond what is currently under consideration – ie. reviewing prudential rules for banks and “encouraging” more transparency on the market place. It is the national and global regulatory architecture that needs to be restored so that financial markets return to their primary function: to ensure stable and cost-effective financing of the real economy.

The continuing uncertainty about where credit risks and losses are located as a result of the collapse of the US mortgage market and the incapacity of central banks and other supervisory authorities to re-establish minimum levels of market confidence have triggered reactions in chain in the global financial system. The inter-bank lending market has ceased to function despite repetitive liquidity injections by central banks. A year after the deepening of the crisis, banks, insurance groups and other regulated institutions continue to disclose new write downs to their balance sheets, while credit ratings are downgraded.

If it were not for the impact on the real economy and on working families, there would be irony in witnessing the past two decades of frantic financial de-regulation reforms that swept throughout the OECD ending with the largest nationalisation programme in modern history of the financial sector. In less than two weeks in September, the US authorities have gained effective control of the entire mortgage lending industry (the $200bn bailing out of Fannie Mae and Freddie Mac on 7 Sep.) and of the dominant player on the insurance market (control of AIG against a $85bn funding). They have agreed to a partial transfer onto taxpayers of the credit risks that was created by the subprime crisis by way of broadening the range of collaterals accepted for the liquidities injected by the Federal Reserve Bank. They have also exposed government money in the on-going restructuring of the investment banking sector with the takeover of Bear Stern by JP Morgan in March. The scale of the US government’s interventionism contrasts with the weak response by the financial private sector that was supposed to apply “self-corrective measures” to the crisis. The long awaited announcement earlier this week of ten large US financial institutions to pool together a $70bn liquidity fund comes too little and too late in the crisis.

The immediate consequences of the brutal deepening of the crisis have been a fall in global stock market indices, and a continuing tightening of lending standards. One can only expect further downward revisions of economic outlook forecasts. The US government debt has doubled instantly as the result of the recent bail outs, which should put further pressure on the US budget deficit, and hence on the Dollar exchange rate in the face of persistent structural imbalances within the OECD, with China and other emerging economies. For now, the direct exposure of financial markets in Europe and in Japan appears to be measured.

OECD governments are at a turning point. Central banks, treasuries and exchange authorities are not equipped with the needed regulatory tools to handle the current insolvency crisis. The monetary reaction operated by OECD central banks since the beginning of the crisis – easing access to short term government loans and/or reducing lead interest rates – were necessary to manage liquidity dry ups but insufficient to re-establish market confidence. The light regulatory approach that has prevailed in the past decade has nurtured a culture of excessive leveraging among financial institutions. This was favoured by lightly regulated entities such as hedge funds and private equity, but also by main street investment banking groups which are not subject to the same prudential rules than deposit banks. The toxic effect of leveraging was amplified by the financial “innovation” of the originate-and-distribute model of securitisation of debt: bad debt was traded under the guise of “structured products”.

The task of regulators has become impossible: not only do these “alternative” products and investment entities escape from their oversight, overseeing the activities of main street financial groups have also become a complication for them. Rather than increasing competition among institutions, the dis-intermediation of the financial system has given birth to global conglomerates that cumulate different lines of businesses which are subject to different regulations and hence different supervisory authorities. The collapse of the US giant AIG was precipitated not by its core activities in the highly regulated life insurance business, but by “AIG Financial Products”, the derivative trading subsidiary that the parent company of AIG had set up in the late 1980s.

This year, the G8 Summit in Hokkaido Japan expressed strong support for the recommendations of the Financial Stability Forum in its report “Enhancing Market and Institutional Resilience” in April. The FSF calls among others for the strengthening of banks’ capital requirement for structured credit product and off-balance sheet exposures, of banks’ own risk management procedures, for new accounting valuation of structured products, stronger oversight of rating agencies and more broadly for international cooperation to “encourage financial institutions to improve the quality of disclosures” about “complex and other illiquid instruments”. As welcome as these recommendations may be – many of which relying on private sector voluntary cooperation – they seem seriously inadequate.

In its annual statement to the G8, the Global Unions denounced “a growing divergence between unregulated and unmanageable financial markets on one hand and the financing needs of the real economy to provide decent work on the other”. According to the OECD, the international financial architecture should be judged upon its capacity to “maintain financial stability by ensuring solvency of market participants”, to “protect investors” against failures and frauds, and “to ensure efficient and effective financial markets”. This week, the system failed to deliver on all three objectives. International cooperation, including the OECD and the IMF, must aim at a concerted return to ensuring that all sources of financial capital are effectively regulated and public confidence in the system is established.

The regulatory implications of the crisis will be addressed at a meeting of TUAC affiliates senior economists on 29-31 October at the OECD in Paris, in partnership with the Global Unions and the ETUC. They will be discussing the launching of a trade union blueprint on effective financial regulation.


weblink:


Sauvetage du capitalisme financier : ce que les Etats doivent exiger en retour

Déclaration du Secrétariat du TUAC
Paris, 19 Septembre 2008
(Traduction française)

Les évènements dramatiques survenus ces derniers jours sur les marchés financiers américains et internationaux – la chute de Lehman Brothers, le rachat de Merrill Lynch par Bank of America et surtout, la nationalisation d’AIG, le premier assureur américain – ont transformé la nature de la crise financière. Cette crise s’avère être une menace autrement plus sérieuse pour l’intégrité des marchés financiers internationaux que ce que les gouvernements de l’OCDE et les autorités financières avaient anticipé il y a un an lorsque la crise a débuté. Les autorités financières ne sont pas équipées des instruments réglementaires nécessaires à la gestion de cette crise. Les mesures prises dans l’urgence étaient nécessaires pour soutenir les institutions financières trop grosses pour être mises en faillite. Il serait toutefois inacceptable que les gouvernements nationalisent les pertes du capital financier, tout en privatisant les profits. La contrepartie doit être une réglementation saine des institutions financières. La coopération internationale ne peut se contenter de ce qui est préconisé actuellement, à savoir : une révision des règles prudentielles du secteur bancaire accompagnée d’un « encouragement » à une plus grande transparence des marchés. C’est bien l’architecture réglementaire nationale et internationale qui doit être reconstruite pour que les marchés financiers reviennent à leur utilité première : assurer un financement stable et à moindre frais de l’économie réelle.

L’incertitude qui persiste sur la localisation des pertes et des risques du crédit suite à l’effondrement du marché des emprunts hypothécaires américains et l’incapacité des banques centrales et des autres autorités de supervision à rétablir un tant soi peu de confiance sur les marchés ont déclenché une réaction en chaîne dans le système financier international. Le crédit interbancaire a cessé de fonctionner en dépit des injections de liquidités à répétition opérées par les banques centrales. Un an après l’aggravation de la crise, les banques, les assurances et les autres institutions réglementées continuent de divulguer de nouvelles dépréciations d’actifs, alors que les notations du risque du crédit sont revues à la baisse.

Si ce n’était l’impact sur l’économie réelle et les ménages salariés, il y aurait une certaine ironie à observer la vague frénétique de déréglementations financières, qui s’est déversée à travers l’OCDE ces deux dernières décennies, aboutir au plus vaste programme de nationalisation de toute l’histoire moderne du secteur financier. En moins de deux semaines en septembre, les autorités américaines ont pris le contrôle de la totalité du marché des emprunts hypothécaires (sauvetage à hauteur de $200Mds de Fannie Mae et Freddie Mac le 7 Sep.) et du principal acteur du marché de l’assurance (prise de contrôle d’AIG pour un montant de $85Mds). Elles ont accepté un transfert partiel sur le dos du contribuable des risques du crédit générés par la crise des subprime en élargissant la gamme des contreparties acceptée pour les liquidités injectées par la banque fédérale. Elles ont aussi mis l’argent public à disposition du processus de restructuration des banques d’affaires avec le rachat de Bear Stern par JP Morgan en mars dernier. L’ampleur de l’interventionnisme des pouvoirs publics américains contraste avec la faiblesse de la réaction du secteur privé financier qui est pourtant supposé adopter des « mesures auto-correctrices » contre cette crise. Cette semaine l’annonce, tant attendue, d’un fonds commun de liquidités à hauteur de $70Mds par dix grandes institutions financières américaines, arrive trop tard et représente trop peu dans le déroulement de la crise actuelle.

Les conséquences immédiates de la brusque aggravation de la crise ont été une chute des indices boursiers à travers le monde, et un resserrement continu des conditions d’accès au crédit. On ne peut que s’attendre à une nouvelle révision à la baisse des prévisions de conjoncture économique. La dette publique américaine a doublé instantanément avec les récents sauvetages financiers. Cela se fera ressentir sur le déficit budgétaire et ainsi sur le taux de change du dollar dans un contexte de persistance des déséquilibres structurels au sein de l’OCDE et avec la Chine et les économies émergentes. Pour l’instant, l’exposition directe des marchés financiers européen et japonais semble mesurée.

Les gouvernements de l’OCDE sont à un tournant. Les banques centrales, les ministères des finances et les autorités des marchés ne sont pas équipés des instruments réglementaires nécessaires à la gestion de cette crise. La réaction monétaire opérée par les banques centrales de l’OCDE depuis le début de la crise – faciliter l’accès aux emprunts publics et/ou baisses des taux d’intérêts directeurs – était nécessaire pour gérer l’assèchement du crédit mais reste insuffisante pour réinstaurer la confiance des marchés. La doctrine de la réglementation minimaliste qui a prévalu au cours de la dernière décennie a alimenté une culture du surendettement par effet de levier parmi les institutions financières. Elle a été favorisée par des entités peu réglementées comme les fonds d’arbitrage hedge funds et les fonds de capital-investissement private equity, mais aussi par des banques d’affaires de renom qui ne sont pas assujetties aux mêmes règles prudentielles que celles des banques de dépôts. L’effet toxique de l’endettement par effet de levier a été amplifié par “l’innovation” financière de la titrisation de la dette : des créances douteuses étaient ainsi échangées sous la forme de « produits structurés ».

La tâche des régulateurs est devenue impossible : non seulement ces placements et ces fonds dits “alternatifs” échappent à leur contrôle, la surveillance-même des groupes financiers ayant pignon sur rue est devenue problématique pour eux. Au lieu de stimuler la concurrence entre les institutions financières, la désintermédiation du système financier a donné lieu à la création de conglomérats financiers cumulant plusieurs métiers relevant de réglementations différentes et donc surveillés par différentes autorités. La chute du géant américain AIG a été précipitée non pas par ses activités fortement réglementées dans le secteur de l’assurance, mais par “AIG Financial Products”, la filiale spécialisée dans les produits dérivés que la maison mère avait créée à la fin des années 1980.

Cette année, le sommet du G8 à Hokkaido au Japon a apporté tout son soutien aux recommandations du Forum pour la stabilité financière dans son rapport “Enhancing Market and Institutional Resilience” en avril. Le FSF appelle entre autres au renforcement des exigences en fonds propres pour les produits de crédit structurés et les expositions hors bilan, des procédures de gestion du risque par les banques mêmes, de la supervision des agences de notation, à la révision des règles comptables pour les produits structurés, et plus largement à une coopération internationale pour « encourager » les institutions financières à améliorer la qualité de la divulgation des informations liées aux produits « complexes » et autres produits non liquides. Aussi positives soient-elles ces mesures – dont une grande partie repose sur le volontariat du secteur privé – semblent en sérieux décalage par rapport à la situation actuelle.

Dans sa dernière déclaration annuelle du G8, les organisations syndicales internationales Global Unions ont dénoncé une « divergence de plus en plus grande entre, des marchés financiers non réglementés et ingérables d’une part et les besoins de financement de l’économie réelle pour offrir des emplois décents, d’autre part ». Selon l’OCDE, l’architecture financière internationale doit être jugée à l’aune de sa capacité à « maintenir la stabilité financière par la solvabilité des acteurs des marchés », à « protéger les investisseurs » contre les défaillances et les fraudes, et à assurer un fonctionnement efficace des marchés financiers. Cette semaine, le système a failli sur ces trois objectifs. La coopération internationale, dont l’OCDE et le FMI, doit viser une action concertée pour que toutes les sources de capital financier soient effectivement régulées et que la confiance du public dans le système soit rétablie.

Les implications réglementaires de la crise seront à l’ordre du jour d’une réunion des économistes en chef des organisations syndicales affiliées au TUAC les 29-31 octobre à l’OCDE à Paris, en partenariat avec les Global Unions et la CES. Ils discuteront du lancement d'un rapport cadre pour une réelle régulation financière.


lien web: